04 68 21 19 92

L’eau souterraine

Accueil > Le Forage > L’eau souterraine

L’eau, source de vie fragile

L’eau du sous-sol ou eau souterraine provient essentiellement de l’infiltration des eaux météoritiques. Une fois dans le sous-sol, elles peuvent former des nappes quasi immobiles qui alimentent les sources et les puits, ou des nappes circulantes, alimentant rivières et fleuves.
Le forage d’eau est un ouvrage de captage d’eau souterraine qui nécessite d’une part une connaissance des caractéristiques du sous-sol et d’autre part des moyens appropriés pour sa réalisation.

 

L’eau du sous-sol se retrouve usuellement sous le vocable de « nappe ». Une nappe est constituée par l’ensemble de l’eau qui occupe les interstices des roches poreuses dans un domaine défini par son épaisseur et son étendue.

On distingue classiquement cinq types de nappes :

Les nappes phréatiques :
La nappe phréatique est celle qui occupe les roches perméables superficielles, son niveau (surface piézométrique) varie en fonction des précipitations. Elle n’est pas parfaitement horizontale et suit avec une certaine atténuation les irrégularités de la topographie . En climat tempéré méditerranéen (notre zone d’intervention préférentielle), les nappes sont surtout alimentées par les pluies d’hiver (octobre à avril) et le niveau piézométrique est plus ou moins haut en fonction des précipitations.

Les nappes artésiennes :
Une nappe captive devient artésienne lorsque sa surface piézométrique est supérieure au niveau du sol au dessus de certaines zones de la partie captive de la nappe.

Les nappes alluviales :
La nappe alluviale est celle qui s’étend dans les alluvions d’un cours d’eau. Elle est plus ou moins en relation avec les eaux du cours d’eau mais, suivant le degré de perméabilité et le colmatage des alluvions, son niveau peut être plus élevé que celui de l’eau libre.

Les nappes captives :
Une nappe est captive lorsque sa surface piézométrique est au-dessus de la limite supérieure ou toit de la formation qui la contient. Ce toit doit être nécessairement imperméable.

Les nappes suspendues :
Une nappe suspendue est retenue par une couche imperméable au-dessous du niveau du fond des vallées. La recherche d’eau s’appuie avant tout sur les caractéristiques géologiques et hydrogéologiques du site à prospecter ce qui constitue une première approche du bureau d’études. Cette étude s’étoffe d’éléments diverses (ex : forages voisins) qui vont constituer un faisceau cohérent débouchant sur la finalisation d’un projet viable.

actualité
contact